Ausonii burdigalensis, viri consularis, Omnia, quae adhuc in veteribus bibliothecis inveniri potuerunt, Opera ; Adhaec, Symmachi et Pontii Paulani litterae ad Ausonium scriptae : tum Ciceronis, Sulpiciae, aliorumque quorundam veterum carmina nonnulla ; Cruncta ad varia, vetera, novamque exemplaria, emendata, commentariisque illustrata par Eliam Vinetum Santonem. AUSONIUS, AUSONE.
Ausonii burdigalensis, viri consularis, Omnia, quae adhuc in veteribus bibliothecis inveniri potuerunt, Opera ; Adhaec, Symmachi et Pontii Paulani litterae ad Ausonium scriptae : tum Ciceronis, Sulpiciae, aliorumque quorundam veterum carmina nonnulla ; Cruncta ad varia, vetera, novamque exemplaria, emendata, commentariisque illustrata par Eliam Vinetum Santonem.
Ausonii burdigalensis, viri consularis, Omnia, quae adhuc in veteribus bibliothecis inveniri potuerunt, Opera ; Adhaec, Symmachi et Pontii Paulani litterae ad Ausonium scriptae : tum Ciceronis, Sulpiciae, aliorumque quorundam veterum carmina nonnulla ; Cruncta ad varia, vetera, novamque exemplaria, emendata, commentariisque illustrata par Eliam Vinetum Santonem.

Ausonii burdigalensis, viri consularis, Omnia, quae adhuc in veteribus bibliothecis inveniri potuerunt, Opera ; Adhaec, Symmachi et Pontii Paulani litterae ad Ausonium scriptae : tum Ciceronis, Sulpiciae, aliorumque quorundam veterum carmina nonnulla ; Cruncta ad varia, vetera, novamque exemplaria, emendata, commentariisque illustrata par Eliam Vinetum Santonem.

Bordeaux, Simon Millanges, (1575-1580). ____ Première édition des commentaires d’Elie Vinet. Exemplaire du poète Louis Martel, de Rouen, avec des annotations de sa main. On trouve son ex-libris manuscrit en haut de la page de titre, daté de 1585, et, plus bas, sa devise "Illustra Deus Oculum" qui est l'anagramme de Ludovicus Martellus. Louis Martel était proche des poètes de la Pléïade. On trouve quelques uns de ses vers dans les recueil de poésies de son temps. Par exemple, dans les "Oeuvres poétiques de Remy Belleau" (1578), ou dans le "Discours de la vie de Pierre de Ronsard" (1586). Il est aussi l'éditeur de "Poetae tres elegantissimi" (1582). Il enseignait les Belles-Lettres à Rouen et comptait parmi les "plus savants hommes de son siècle" selon le père Farin dans son "Histoire de la ville de Rouen". Martel possédait une fort belle collection de livres et plusieurs manuscrits médiévaux à la BNF portent son ex-libris. Une partie de sa collection est passée ensuite dans celle de Jean Bigot. Au feuillet Aa1verso, on trouve un distique de sa main, "Qua jacet hoc geminos peperit Lucilla, sed aequa / Secti forte, patri vivens, matri manet alter", au sujet d'un épitaphe d'Ausone sur une certaine Lucille, qui mourut, enfantant deux jumeaux, l'un vivant, l'autre mort. Martel a aussi retranscrit des vers, sur la même page et sur le même sujet, de Petrus Loërius et de Pierre Le Loyer. Notons que les oeuvres et mélanges poétiques" de Pierre Le Loyer (1579) contiennent des "Vers à Pierre Le Loyer" de Louis Martel. Enfin, nous avons repéré 16 notes marginales de sa fine écriture en marge du texte d'Ausone ou du copieux commentaire d'Elie Vinet. Certaines sont en grec. [feuillets : d2 - l2 - n3v -n4r- o1 - Aa1v -Bb4v - Hh3v -Ll1v -Ll2 - Mm4 - Oo1v - Oo2 -Ss2 - Yy4 - Zz2v] Autre ex-libris sur la page de titre, qui a été rogné à la reliure : Antoine de Lam? 1620?. La date de 1575 figure au verso du titre et celle de 1580 à la fin. Illustré par 2 planches dépliantes hors-texte (Palais Tutele et Amphithéâtre de Bordeaux) et une dizaine bois dans le texte, 2 sont à pleine page, dont une belle vue de Bordeaux. Titre en noir et rouge avec la marque de Millange. Exemplaire complet des deux feuillets (A2) qui semblent rares: Martialis Campani medici burdigalensis (...) explicatio philosophica in epigrama decimum Ausoni. » Le saintongeois Elie Vinet (1509-1587) a été l’un des plus brillants maitres du Collège de Guyenne. Ce collège était au centre de la vie intellectuelle de Bordeaux et de sa région. Montaigne qui l'a qualifié de « meilleur de France », y entra comme élève en 1539, l’année même où Vinet commença à y professer. « Si aucun texte ne nous renseigne sur les rapports de Vinet avec Michel de Montaigne et Etienne de La Boétie, il est probable qu’il entretint avec eux des relations, sans qu’on puisse affirmer qu'il les eut pour élèves au Collège de Guyenne. » [L. Desgraves.] Vinet a été l’éditeur de plus de 43 éditions différentes d’ouvrages qui pour la plupart, on servi à l’enseignement qu’il dispensait. C’est lui qui encouragea l’un de ses collègues, Simon Millanges a fonder une imprimerie qui publia plus de six cents ouvrages dont les « Essais ». Brunet 1, 573 : « Belle édition estimée pour le commentaire. Le texte a été imprimé séparément en 1575 et le commentaire en 1580. » Adams A-2282. Desgraves, Elie Vinet 32. Exemplaire aux armes du marquis de la Grange. Charnières restaurées. Bel exemplaire. ********* Copy of Louis Martel, poet, with his handwritten annotations. Illustrated by 2 folding plates and about 10 woodcuts in text, 2 are full-page, including a beautiful view of Bordeaux. First edition with Elie Vinet's commentaries. ______ Format : In-4. [272 x 196 mm] Collation : (396) ff. [titre, aa2, A3, aaa4, ee4, ii4, oo4, uu2, A2, a-z, A-K4, A2, A-Z, Aa-Zz, AAa-Ppp4] Reliure : Veau brun, armes dorées sur les plats, dos à nerfs orné. (Reliure du XIXe.). Item #15613

Price: 5,000.00 €