Emblemes ou devises chrestiennes, composées par damoiselle Georgette de Montenay. Georgette de MONTENAY, WOEIRIOT.
Emblemes ou devises chrestiennes, composées par damoiselle Georgette de Montenay.
Emblemes ou devises chrestiennes, composées par damoiselle Georgette de Montenay.
Emblemes ou devises chrestiennes, composées par damoiselle Georgette de Montenay.
Emblemes ou devises chrestiennes, composées par damoiselle Georgette de Montenay.
Emblemes ou devises chrestiennes, composées par damoiselle Georgette de Montenay.

Emblemes ou devises chrestiennes, composées par damoiselle Georgette de Montenay.

Lyon, Jean Marcorelle, 1571. <> Première édition, seconde émission. Un seul exemplaire est connu portant la date de 1567. La page de titre de 1571 est un simple carton. Georgette de Montenay a dédié ce recueil à Jeanne d’Albret, dont elle était dame d’honneur, et dont le portait figure sur la première planche. Il est à remarquer que Georgette de Montenay est un des trois femmes à obtenir au XVIe siècle un privilège royal à son nom (et non comme le plus souvent au nom de l'éditeur), avec Marguerite de Navarre et la poétesse Anne de Marquets. La remarquable illustration de Pierre Woeiriot comprend 100 emblèmes. Ils sont chacun accompagnés de quelques vers, des huitains, de Georgette de Montenay. « Dessinée et gravée à l’eau-forte par Woeiriot, dont c’est l’un des meilleurs travaux, l’illustration montre des monuments, des fleurs et des feuillages, etc ; on y voit également des meubles, des vases et des ustensiles, rendus avec exactitude et charme, et des motifs emblématiques utilisés à plusieurs reprises dans des mises en scène variées comme la grande sphère ou le coeur. Il y a des figurations peu courantes : ainsi au trente-septième emblème, un « phantastiq », tournant le dos à une table chargée de victuailles, préfère contempler sur un mur la représentation peinte de celles-ci. » (Grands siècles & grandes images. Collection Roger Paultre de livres illustrés ). Pierre Woeiriot de Bouzey (1532-1596) est issu d’une grande famille d’orfèvres lorrains. Son grand père Pierre I, orfèvre et sculpteur, travailla au service du duc de Lorraine René II. Son père, Jacquemin de Woeiriot, serait un des auteurs des illustrations de l’ouvrage de perspective de Jean Pélerin dit le Viator. Pierre de Woeiriot est né à Neufchâteau vers 1531-1532. Il fut d’abord orfèvre comme les membres de sa famille puis se consacra à la gravure vers 1555 à la suite de voyages en Italie. Il s’arrêta à Lyon et découvrit le rayonnement de l’estampe lyonnaise. Installé à Nancy, il fera de très nombreux voyages à Lyon jusqu’en 1572. Il a gravé d’abord des modèles d’orfèvrerie puis des portraits et des illustrations. Son style, très personnel, se rapproche de celui de l’École de Fontainebleau mais aussi du style des burinistes lyonnais de cette époque comme Georges Reverdy ou le maître CC. (Exposition Renaissance à Nancy). Cet exemplaire, qui provient des bibliothèques Victor Masséna et Roger Paultre, contient une gravure supplémentaire de l’emblème 18, très différente. On trouve parfois cette gravure collée sur l’emblème 18. Elle est reproduite et décrite par Paultre dans son ouvrage "Les images du livre, emblèmes et devises" p. 99. "Cette première épreuve, attachée au sens littéral du texte, illustre l'allégorie de la paille et de la poutre. ... La version définitive retenue par l'auteur s'écarte délibérément d'une représentation littérale et se contente de montrer deux personnages aux yeux bandés, afin de traduire plus adroitement leur aveuglement réciproque. On ignore s'il existe d'autres cas de planche refusée." Exemplaire sans le portrait que l’on trouve dans quelques exemplaires et qui est daté de 1567. Celui de la collection Fairfax Murray, aujourd’hui à Harvard, provient clairement d’une autre édition (« evidently from an other edition ») dont on ne connaît qu'un seul exemplaire. Baudrier ne décrit pas ce portrait. Provenances - Victor Masséna (1836-1910), Duc de Rivoli and Prince d’Essling, avec son supra-libris doré à la devise « Victor et Fidelis ». Petit-fils du maréchal d’Empire, il avait construit une exceptionnelle bibliothèque d’incunables et d’éditions illustrées du XVIe siècle.- Roger Paultre, avec son exlibris, grand collectionneur de livres d’emblèmes ; catalogue de sa vente (1993) N° 199. Très bel exemplaire, aux provenances prestigieuses. ******************* ENGLISH *********** <> First edition, second issue. Only one known copy is dated 1567. "The title of the 1571 issue is a cancel." (Adams, Rawles, Saunders) The first Protestant emblem volume. Illustrated by 100 engravings by Pierre Woeiriot, plus one extra plate with a diffrent engraving for emblem 18. Copy without the portrait which most probably belongs to an earlier edition. The catalogue Fairfax Murray (his copy is now in Harvard library) states that it is "evidently from an other edition". Provenances : - Victor Masséna (1836-1910), Duc de Rivoli and Prince d’Essling, with his arms gilted on boards. - Roger Paultre (ex-libris), collector of emblem books and author of ‘Les images du livre, emblèmes et devises’ (1991), with a description and a reproduction of the uncancelled plate 18. Baudrier, Bibliographie lyonnaise X, 382. Fairfax Murray 387. Mortimer, Harvard catalogue 380. Adams, Rawles et Saunders, Bibliography of French Emblem Books F.437. <> Format : In-8. <> Collation : (8), 100, (1), (8) ff. <> Reliure : Maroquin citron, dos à nerfs orné, armes dorées au centre des plats dans un cadre doré, tranches dorées. (Reliure du XIXe, Cuzin.). Item #15792

Price: 30,000.00 €