Item #17397 Armorial manuscrit. HERALDIQUE.
Armorial manuscrit.
Armorial manuscrit.
Armorial manuscrit.
Armorial manuscrit.
Armorial manuscrit.
Armorial manuscrit.
Armorial manuscrit.
Armorial manuscrit.
Armorial manuscrit.

Armorial manuscrit.

(vers 1500). <> Manuscrit français sur papier contenant un traité d'héraldique, illustré de 34 blasons, suivi d'un armorial comprenant 447 blasons avec leur identification et leur lecture héraldique. En tête du manuscrit se trouve un feuillet annoté contenant 2 blasons, ce qui donne un total de 483 blasons dessinés et aquarellés. Le texte, d'une écriture gothique du XVe siècle, comprend environ 15 lignes par page, avec généralement 6 blasons par page. Placé au début du volume, le traité d'héraldique traite de l'origine des armoiries, en remontant à Alexandre et à Jules César, puis il expose les règles de création d'un blason : d'abord les couleurs : azur, gueules, sable, sinople, etc., puis les pièces héraldiques avec leur disposition : croix, chevrons, fasces... (pp. 1 à 15 ; 34 blasons). A la suite se trouve l'armorial qui commence par les blasons des souverains : l'empereur de Rome (ou du Saint-Empire romain) et les rois de France, d'Angleterre, de Navarre, de Castille, de Portugal, d'Aragon, de Sicile, de Majorque, de Chypre, de Hongrie, d'Ecosse, etc. (pp. 16 à 19 ; 19 blasons). Viennent ensuite les armoiries de France : le roi (nouvelles armes), le dauphin, puis les grands seigneurs : ducs d'Orléans, de Berry, de Bourgogne, de Bourbon et d'Alençon ; comtes d'Artois, du Perche, d'Etampes, de la Marche, etc. Elles sont suivies par les blasons des principales familles nobles : comtes de Tancarville, de Dreux, de Montfort, de Vendôme, de Dammartin, seigneur de Beausault, messire Mahieu de Trie, vidame de Chartres, sires de Brisset, de Garenchieres et de Coursy, messire Robert de Melun, vicomte de Corbeil, sire de l'Isle-Adam, messire Mahieu de Montmorency... (pp. 19 à 35 ; 97 blasons). La section la plus importante concerne la Normandie : comte d'Eu, comte d'Harcourt ; sires de Bricquebec, de Fauguernon, d'Estouteville, de Granville, de Planez, de Hambye, de Blainville, de Ferrières, de Coulonches, de Beaumesnil, de La Roche-Tesson, de Rouvray, de Mortemer, de Bailleul, de Marbeuf, de Hotot, de Criquebeuf, de Harleville, de Morfaville, etc. ; monsr. Guillaume de Villers du Hammet, de Braquemont, de Brucourt, de Briqueville, Carbonel de Heugueville, de Trousseauville, Guillaume de Montenay, etc. ; messires Jehan de La Haye de Meaux, Thomas de La Luzerne, Guillaume de Breuilly, Robert de Pirou, Guillaume des Espaullet, Jehan de Tille de Grenetot, Raoul de Beauchamp, Philippe de Saint-Denis, Nicole d'Argences, Jehan du Bois, Guillaume du Buret, Jehan de La Carbonnière, Guillebert de Combray, etc. (pp. 36 à 85 ; 299 blasons). Pour la Bretagne et le Maine : le duc de Bretagne, le comte de Rohan, le vicomte de Beaumont, les sires de Laval, d'Olivet, d'Avaugour, de Rochefort, de Clisson, de Châteaubriant, de Léon, de Montauban, de Tinténiac, etc., messires Charles de Dinan, Olivier de Maugny, Bertrand du Clesquin [Bertrand du Guesclin], monsr. Guillaume de Cornouaille, Guiffroy de Beaumont, Jehan de Vandosme... (pp. 85 à 90 ; 18 blasons). L'Anjou et la Touraine ne sont représentés que par quelques noms : Guy Turpin, Guillaume Trousseau, le sire de Montbazon, etc. (p. 91 ; pas de blason). L'armorial se termine par le Vermandois et le Beauvaisis : le comte de Soissons, les sires de Coucy, de Moreuil, du Plessis, le châtelain de Beauvais, etc. (pp. 91 à 96 ; 14 blasons). Au début du manuscrit se trouve un feuillet contenant deux pages remplies d'une écriture cursive, difficilement lisible. Il semble s'agir d'une reconnaissance de dettes, établie à la date du 14 août 1594. Suivent deux grands blasons non identifiés. Ce manuscrit, resté anonyme, a probablement été extrait de l'armorial du héraut Navarre, un recueil réalisé vers 1368-1375 contenant les descriptions de plus de 1500 blasons. D'après Saffroy, son auteur serait Martin Carbonnel, héraut de Charles le Mauvais, roi de Navarre. Si l'original est aujourd'hui perdu, la BnF en conserve plusieurs copies manuscrites, datant pour la plupart du XVe siècle. L'une d'entre elles porte comme titre : « Blazon et deviz des armes de tous les Roys chrétiens Princes et seigneurs du sang de France et autres barons, baneroys et chevaliers du Pays de France, Normandie, Champaigne, Bourgongne, Bretaigne, le Maine, Anjou, Tourayne, Vermandoys, Beauvoisin, Pontif, Artois, Corbyois, Poitou, Berry, Breban, Flandres, Henault et Angleterre » (ms fr. 14356, XVe siècle, sur papier, 130 pp.). Son contenu a été analysé par Steen Clemmensen, qui a retranscrit tous les « items », ou articles, en y ajoutant une retranscription moderne de chaque nom de famille. En comparant le présent manuscrit à la retranscription de l'armorial du héraut Navarre, on y retrouve la quasi-totalité des articles, tantôt copiés à l'identique, tantôt avec quelques légères variantes, mais dans un ordre souvent différent. Par ailleurs, lorsque plusieurs membres d'une même famille sont représentés dans l'armorial du héraut Navarre, seul l'un d'entre eux figure dans notre manuscrit, qui apparaît ainsi comme un extrait effectué à partir de l'une des copies manuscrites de ce célèbre armorial. *Plus de photos sur mon site internet. Provenance : Grand ex-libris de Jean Bigot, seigneur de Somesnil. "Au début du XVIIe siècle, il est rarissime qu'une collection privée laïque, provinciale de surcroît, conquière quelque réputation. L'admiration n'en est que plus générale pour les trésors de la famille Bigot. Doyen des conseillers en la cour des aides de Normandie, Jean Bigot a sacrifié des sommes fabuleuses pour l'époque à la constitution de sa bibliothèque riche de six mille volumes - dont plusieurs centaines de manuscrits - en 1644. Loin de se satisfaire d'un tel héritage, son fils Louis-Emeric (ou Emery) (1626-1689) le fait prospérer. Tous les témoignages s'accordent à voir dans cet Emery Bigot le type le plus achevé du savant. N'écoutant que sa passion, il quadrille l'Europe, s'approprie les exemplaires les plus rares, tant imprimé que manuscrits, et revient à Rouen ajouter son butin aux fastes de sa bibliothèque de la rue Beauvoisine." (Histoire des bibliothèques françaises p. 462.) Cette collection a été dispersée aux enchères en 1706. Les manuscrits ont été achetés en bloc par la Bibliothèque Nationale. Quelques volumes sont resté dans la famille et ont été probablement dispersés au fil des héritages. Le présent armorial a donc une provenance prestigieuse et compte parmi les plus anciens connus. Une table des noms de 11 pages a été ajoutée au XVIIe siècle en fin de volume. Un manque de papier pp. 41-42 enlevant un blason avec le texte correspondant. Au dos de la reliure (qui a été restauré) on trouve le basons de Bigot doré et ce titre [en partie effacé] "Armaries D. U. M. S." Bel exemplaire. <> French manuscript on paper containing a treatise on heraldry, illustrated with 483 watercoloured coats of arms.
This anonymous manuscript was probably taken from the Navarre Herald's armorial, a collection produced around 1368-1375 containing descriptions of more than 1500 coats of arms. Although the original is now lost, the BnF holds several handwritten copies, mostly dating from the 15th century. Provenance: Large bookplate of Jean Bigot, lord of Somesnil (17th century). The present armorial has therefore a prestigious provenance and is among the oldest known. A fine copy.
<> Format : In-4. [191 x 135 mm] <> Collation :(1) f., 96 pp., (12) pp. <> Reliure : Veau brun, dos orné, filets d'encadrement sur les plats, titre au dos "Armaries. T. L. M. S.". (Reliure du XVIIe.). Item #17397

Price: 35,000.00 €