Lettres envoyées par le chargé d'affaire de la France en Toscane. LA FLOTTE.
Lettres envoyées par le chargé d'affaire de la France en Toscane.

Lettres envoyées par le chargé d'affaire de la France en Toscane.

Florence, 1791-1793. ____ La Flotte a été le chargé d’affaires (ou Ambassadeur) de Louis XVI, puis de la Convention, à Florence. Nous avons ici une copie (autographe ou de son secrétaire ?) de toutes les lettres (sauf une) envoyées au Ministre des affaires étrangères qui se sont succédés durant cette époque troublée. « La Toscane est le seul pays d’Italie où les Français patriotes soient admis et où ils sont libres de prononcer leurs opinions. » La principale tâche de La Flotte a été de conserver la neutralité de la Toscane vis à vis de la France. Le Grand-Duc de Toscane a été le premier souverain européen à reconnaître la République française. La Flotte affirme que c’est grâce à la relation amicale qu’il entretient avec Manfredini, « Ministre philosophe » « qui gouverne entièrement ce pays » et qui « a fait embrasser la neutralité à la Toscane ». Cette relation personnelle - et cette neutralité - est l’objet des attaques et des manigances du « Ministre d’Angleterre », Lord Hervey. De nombreuses lettres ont trait au commerce des grains. Une des tâches de La Flotte aura été de contourner l’interdiction d’exporter des grains de Toscane, au profit des français. Parmi les nombreux sujets abordés dans ces 82 lettres, citons : Mort de Léopold de Toscane. Portraits de Ferdinand, Grand-Duc de Toscane et de Manfredini. Un français a demandé à Lucques qu’on lui grave des Assignats. Prêtres réfractaires, émigrés et Corses présents dans le pays. Les émigrés aristocrates ne sont pas reçus à la Cour, ni nulle part. Affluence de émigrés depuis l’invasion de Nice et de la Savoie. Arrivé de Pozzo di Borgo comme secrétaire de la légation à Florence. Assassinat à Rome de Basville. Accueil de l’annonce de la mort de Louis Capet. Préparations pour un éventuel passage des troupes française à travers la Toscane, pour intervenir à Rome. L'auteur recommande un rassemblement des troupes en Corse pour une descente sur les plages romaines. Informe de l’arrivée de Xavier Capet, « prétendu Régent de France », qui cherche une alliance avec le Grand-Duc. Trahison de Dumouriez. Il ne peut donner de certificat de civisme, comme on lui demande, n’ayant résidé à Paris que deux mois depuis 1789. Le Citoyen Denon, qui s’occupait à compléter à Venise une collection de gravures vient d’être obligé d’en sortir par suite des manoeuvres du « ci-devant Marquis d’Entraigues ». Le chargé d’affaires se plaint à maintes reprises de ses émoluments, qui sont trop faibles ou qui n’arrivent jamais... La Flotte quitte, à contre-coeur, Florence en Septembre 1793 et sera remplacé par Chauvelin. On lit à de nombreuses reprises ses déclarations affirmant son attachement à la République, (« La liberté ou la mort ! »). Le premier feuillet contenant la première lettre a été enlevé. Il est fort probable que La Flotte, dans sa première lettre, déclarait son dévouement indéfectible au Roi et il aura jugé plus prudent d’éliminer cet écrit devenu compromettant. Bel exemplaire, écrit d’une écriture parfaitement lisible de ce très intéressant document historique. *-------*. ______ Format : In-folio. Collation : 78 ff., (2 ff. bl.) Reliure : Vélin à grand rabat, liens d'attache. (Reliure de l'époque.). Item #13635

Price: 4,000.00 €

See all items in 17th - 19th centuries
See all items by