Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers. D'ALEMBERT DIDEROT.
Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers.
Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers.
Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers.

Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers.

Paris, Le Breton, Briasson, David et Durand, 1751-1780. ____ Edition originale de la célèbre Encyclopédie Diderot et D'Alembert. Exemplaire absolument complet, soit 35 volumes in-folio, comprenant 17 volumes de texte, 11 de planches, 5 de supplément et 2 de tables analytiques. On a relié en tête du premier volume, le très rare PROSPECTUS daté de 1751 mais paru en octobre 1750, pour "Dix volumes in-folio, dont deux de planches en taille-douce, proposés par souscription." On trouve aussi dans ce premier volume, le beau frontispice dessiné par Cochin, les deux feuillets d'explication de ce frontispice et le tableau du "Système figuré des connaissances humaines". Il est complet des 3.129 planches (selon le système de calcul des éditeurs qui comptent respectivement pour 2, 3 et 4 les planches doubles, triples et quadruples); il est également complet des 6 tableaux dépliants hors-texte dans les volumes de texte et de la très grande planche dépliante: "Essai de distribution généalogique des sciences et des arts principaux", en tête des tables analytiques. La plus grande entreprise éditoriale du siècle des Lumières, l'Encyclopédie fera vivre un millier d'ouvriers pendant un quart de siècle. Elle compte près de 72 000 articles rédigés par plus de 200 collaborateurs. Elle a été le plus puissant véhicule de la propagande philosophique des Lumières et offre une somme des connaissances techniques et scientifiques sans égal. "Le but d'une encyclopédie est de rassembler les connaissances éparses sur la surface de la terre ; d'en exposer le système général aux hommes avec qui nous vivons, et de le transmettre aux hommes qui viendront après nous ; afin que les travaux des siècles passés n'aient pas été inutiles pour les siècles qui succèderont ; et que nos neveux devenant plus instruits, deviennent en même temps plus heureux et plus vertueux ; et que nous ne mourions pas sans avoir mérité du genre humain." (Article "Encyclopédie".) "L'histoire de l'Encyclopédie connaît de nombreuses péripéties. La publication est suspendue en 1752, après l'affaire de la thèse de l'abbé de Prades, collaborateur de l'Encyclopédie, soupçonné de sensualisme. Les deux premiers volumes de texte déjà parus sont alors supprimés. C'est grâce à l'appui de Malesherbes que Diderot et d'Alembert pourront continuer leur tâche. En 1757, le tome VII paraît. Il contient l'article "Genève" dans lequel d'Alembert souligne le socinianisme des pasteurs de cette ville, suscitant leur vive protestation ainsi que celle du parti dévot en France. En 1759, le Parlement examine huit ouvrages, dont l'Encyclopédie et De l'Esprit d'Helvétius, jugés subversifs. Le Conseil du Roi révoque alors le privilège pour la publication acquis en 1746. Un arrêt ordonne le remboursement des souscripteurs. À Rome, Clément XIII condamne la publication. Afin d'échapper à la banqueroute, les Libraires-Associés, avec Diderot, proposent de rembourser les souscripteurs en leur proposant des volumes de planches. Un nouveau privilège est accordé pour un 'Recueil de mille planches en taille-douce sur les sciences, les arts mécaniques, avec les explications des figures'. Les adversaires de l'Encyclopédie ne désarmeront pas pour autant, bientôt surviendront les attaques de Fréron, Lefranc de Pompignan et Palissot ainsi qu'en 1759 l'affaire des "plagiats", à propos des planches, qui oppose les Libraires à l'Académie royale des sciences. Cependant en 1762, Diderot et les Libraires-Associés voient disparaître leurs plus virulents adversaires, les jésuites, après la condamnation papale et la suppression de leur ordre. Par ailleurs, pour adoucir certains passages jugés trop virulents, Le Breton n'hésite pas de son côté à censurer certains articles des encyclopédistes destinés aux volumes à venir. En 1765, paraissent les dix derniers volumes de texte avec l'adresse à Neuchâtel, mais l'impression s'est certainement faite à Paris." (BNF) Les derniers feuillets du tome 1 on souffert de l'humidité dans le coin supérieur. Déchirure avec petits manques à la pliure centrale de la planche double n°85 du tome VI. Quelques défauts mineurs aux reliures (quelques coiffes usées ou début de charnières craquelées ici ou là) mais dans l'ensemble, un très bel exemplaire, en reliure uniforme ce qui est une condition rare. David Adams, Bibliographie des Oeuvres de Denis Diderot, G et G1. *-------*. ______ Format : 35 volumes in-folio. Collation : Reliure : Veau marbré, dos à nerfs orné, tranches rouges. (Reliure de l'époque.). Item #16902

Price: 80,000.00 €

See all items in 17th - 19th centuries
See all items by